Slash and burn agriculture, a historical part of the Ampasindava Peninsula landscape

Historique de la colonisation du milieu de la presqu'île d'Ampasindava : transformations du paysage et système de conservation

Jacquis Andonahary Tahinarivony, Niry Solofonianja Rasoanaivo, Patrick Ranirison, Nathalie Rasolofo, Laurent Gautier

Abstract


In the northwest of Madagascar, the Ampasindava peninsula is home to the essential part of what remains of the forests of the Sambirano phytogeographic domain. The area has great importance in terms of biogeography, ecology, and socio-cultural aspects. The first documented human presence dates back to the tenth century, during the development of the maritime trade in Madagascar, before becoming the first headquarters of the Sakalava kingdom in the northwest of Madagascar. Several facts contributed to the degradation of the landscape, like the practice of the tavy and the war between Bemihisatra and Merina. In the peninsula, the western part was the most affected, on contrary to the eastern part where are located the forest massifs which served as refuges during the tribal wars. After the annexion by France, of an important territory including the peninsula (August 6th, 1 896), the Merina left the region, and these forest massifs acquired a sacred status and as such were protected against destruction, preserving the characteristics of the primary forests of Sambirano. Elsewhere, a process of natural reconstruction of the vegetation started. These historic facts lead us to conclude that the forests of Dypsis spp. (Arecaceae) and Sarcolaenaceae are not primary resulting from a difference in substrate or climate, but are to be interpreted as old secondary forest, deriving from the long-term process of reconstruction of the vegetation. For several years, the analysis of satellite imagery demonstrates that the rhythm of the tavy has dramatically increased in the region. This increase stems not only from a population growth, but also from a growing pressure for land to generate income for the purchase of manufactured products. The practice of the tavy represents a major threat to forests and different types of residual natural habitats. Secondary forests are the most sensitive and most suitable for rice production. Primary sacred forests have remained so far untouched. Their traditional protection is however recently shaken by the influx of immigrants, who show little respect to traditional ban.

 

RÉSUMÉ Dans le Nord-ouest de Madagascar, la presqu’île d’Ampasindava abrite une partie essentielle des restes des forêts du domaine du Sambirano. La région possède une grande importance tant biogéographique et écologique, que socio-culturelle. Elle a connu au Xe siècle sa première implantation humaine et il est vraisemblable que l’Homme l’ait parcourue et utilisée régulièrement à l’époque du développement du réseau maritime à Madagascar, avant que le Sambirano ne devienne le premier siège du royaume Sakalava dans le Nord-ouest de l’île. Plusieurs faits ont contribué à la déstructuration du paysage écologique initial, comme la pratique de l’abattis sur brûlis ou tavy et les guerres entre les Bemihisatra de la région et l’armée du royaume Merina. Si la zone Ouest de la région a été la plus touchée, celle de l’Est où se trouvent les grands massifs forestiers a servi de refuges durant ces guerres. Après l’annexion par la France, le 6 août 1 896, d’un important territoire comprenant la presqu’île, les Merina ont quitté la région, et ces massifs forestiers acquirent un caractère sacré et furent ainsi protégés contre la destruction et le défrichement en conservant les caractéristiques des forêts climaciques intactes du Sambirano. Ailleurs, un processus de reconstitution naturelle de la végétation se mit en route. Ces divers aspects historiques permettent d’avancer que les forêts à Sarcolaenaceae et à Dypsis spp (Arecaceae), avec leurs caractéristiques physionomiques, structurales et floristiques, ne découlent pas tant de caractéristiques du substrat ou du climat, mais seraient plutôt des forêts secondaires âgées, issues du long processus d’évolution progressive du dynamisme de la succession végétale. Depuis quelques années, l’analyse des images satellite montre que le rythme auquel le tavy est pratiqué s’intensifie dans la région. Cet accroissement découle non seulement de la croissance démographique, mais aussi d’un besoin accru en terres pour générer les revenus nécessaires à l’achat de produits manufacturés. La pratique du tavy représente une des principales menaces pour les forêts et les différents types d’habitats naturels résiduels. Les forêts secondaires âgées qui sont situées hors des zones traditionnellement protégées sont les plus sensibles car elles sont les plus propices à la production de riz. Les forêts des massifs sacrés, en revanche, ne semblent pas encore réellement menacées mais leur protection traditionnelle est quelque peu ébranlée depuis par l’arrivée récente et massive d’immigrants qui respectent peu les interdits traditionnels.


Keywords


Ampasindava peninsula; Sambirano; phytogeographic domain; tavy; fady; secondary forests; taboo; slash and burn; abattis brulis; forêts secondaires

Full Text:

PDF

References


Allnutt, T. F., Asner, G. P., Golden, C. D. & Powell, G. V. 2013. Mapping recent deforestation and forest disturbance in northeastern Madagascar. Tropical Conservation Science 6: 1–15.

Amicale des Journalistes et Écrivains Français de Madagascar. 1942. Cahiers Malgaches 1941-Centenaire du Rattachement à la France des Îles : Nossi-Bé, et Mayotte. Imprimerie Officielle, Antananarivo.

Ammann, M. 2011. La Presqu’île d’Ampasindava (Nord-Ouest de Madagascar) : Une Région mal Connue et Menacée, Capitale pour la Compréhension de la Mise en Place de la Flore du Domaine du Sambirano. Unpubl. Mémoire de Master, Université de Genève, Suisse

Aubert, S., Razafiarison, S., Bertrand, A. 2003. Déforestation et Systèmes Agraires à Madagascar. Les Dynamiques des Tavy sur la Côte Orientale. CIRAD/CITE/FOFIFA, Montpellier, Antananarivo.

Ballarin, M. P. 2000. Les Reliques Royales à Madagascar: Source de Légitimation et Enjeu de Pouvoir, XVIIIe–XXe siècles. Karthala, Paris.

Baré, J.-F. 1980. Sable Rouge : Une Monarchie du Nord-ouest Malgache dans l’Histoire. Harmattan, Paris.

Beaujard, P. 2007. L’Afrique de l’Est, les Comores et Madagascar dans le système-monde avant le XVIe siècle. In: Madagascar et l’Afrique : Entre Identité Insulaire et Appartenances Historiques. D. Navitel et F. V. Rajaonah (eds.), pp 29–102. Karthala, Paris.

Cornet, A. 1974. Essai de Cartographie Bioclimatique à Madagascar. Notice Explicative N° 55. ORSTOM, Paris. Disponible sur http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_5/notexp/06946.pdf

Deschamps, H. 1959. Les Migrations Intérieures Passées et Présentes à Madagascar. Berger-Levrault, Paris. Disponible sur http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers11-03/15847.pdf

Dewar, R. E., Radimilahy, C., Wright, H. T., Jacobs, Z., Kelly, G. O. & Berna, F. 2013. Stone tools and foraging in northern Madagascar challenge Holocene extinction models. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 110: 12583–12588. (doi:10.1073/pnas.1306100110)

Du Puy, D. & Moat, J. 1998. Vegetation mapping and biodiversity conservation in Madagascar Geographical Information Systems. In: African Plants: Biodiversity Taxonomy and Uses. J. Timberlake & S. Kativu, (eds.), pp 245–251. Royal Botanic Gardens, Kew.

Eken, G., Bennun, L., Brooks, T. M., Darwall, W., Fishpool, L. D. C. et al. 2004. Key biodiversity areas as site conservation targets. Bioscience 54, 12: 1110–1118. (doi:10.1641/0006-3568(2004)054[1110:KBAASC]2.0.CO;2)

de Flacourt, E. 1661. Histoire de la Grande Isle Madagascar. Avec une Relation de ce qui s'est passé en Années 1655, 1656 et 1657. Pierre l'Amy, Paris. Disponible sur http://ow.ly/QMBP7

Gautier, L., Chatelain, C. et Spichiger, R. 1999. Déforestation, altitude, pente et aires protégées : une analyse diachronique des défrichements sur le pourtour de la réserve spéciale de Manongarivo (NW Madagascar). In: African Moutain Development in a Changing World. H. Humi & J. Ramamonjisoa (eds), pp 255–279. African Moutains Associations, Antananarivo.

Goodman, S. M. & Benstead, J. P. 2005. Updated estimates of biotic diversity and endemism on Madagascar. Oryx 39, 1: 73–77. (doi:10.1017/S0030605305000128).

Grandidier, A. 1902. Histoire de la découverte de l’île de Madagascar par les Portugais. Revue de Madagascar 1 : 34–54.

Humbert, H. 1955. Les territoires phytogéographiques de Madagascar. Leur cartographie. Année Biologique 31(5–6): 439–448.

Humbert, H. et Cours Darne, G. 1965. Carte Internationale du Tapis Végétal et des Conditions Ecologiques. Baie d’Ampasindava. Institut Français de Pondichéry, Pondichéry.

Institut National de la Statistique. 2014. Madagascar en chiffre. Disponible : http://instat.mg/madagascar-en-chiffres/#demographie

Julien, G. 1932. Code des 305 articles 1881. Instructions aux Sakaizambohitra. Règlements des Gouverneurs de l’Imerina. Imprimerie Officielle, Antananarivo.

Kremen, C., Cameron, A., Moilanen, A., Phillips, S. J., Thomas, C. D. et al. 2008. Aligning conservation priorities across taxa in Madagascar with high-resolution planning tools. Science 320: 222–226. (doi:10.1126/science.1155193)

Lavauden, L. 1934. Histoire de la législation et de l’administration forestière à Madagascar. Revue des Eaux et Forêts 72: 949–960.

Missouri Botanical Garden. 2014. Inventaire de Référence des Sites du Projet MRPA - Lot N 1 : Ampasindava-Galoko - DP NO 01 – 13 /DP/UCPE/MRPA. Rapport Final. Disponible sur http://ow.ly/O6Zi4

Moat, J. & Smith, P. 2007. Atlas of the Vegetation of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew.

Moilanen, A., Wilson, K. A. & Possingham, H. P. 2009. Spatial conservation prioritization: quantitative methods and computational tools. Oxford University Press, Oxford.

Oberlé, P. (ed.) 1981. Madagascar, un Sanctuaire de la Nature. Lechevalier SARL, Paris.

Poirier, C. 1948. Réflexion sur les ruines de Mahilaka situé au fond de la baie d’Ampasindava. Bulletin de l’Académie Malgache 28: 97–107.

Radimilahy, C. 1998. Mahilaka: An archaeological investigation of an early town in northwestern Madagascar. Studies in African Archaeology 15. Disponible sur http://www.arkeologi.uu.se/digitalAssets/32/32403_3mahilika.pdf

Razafy Fara, L. 2004. Les intérêts des différents acteurs dans la gestion des ressources naturelles forestières. Étude de cas dans la région de Beforona, est de Madagascar. Schweizerische Zeitschrift für Forstwesen 155, 3–4: 89–96. (doi:10.3188/szf.2004.0089)

Scales, I. R. 2014. The drivers of deforestation and the complexity of land use in Madagascar. In: Conservation and Environmental Management in Madagascar. I. R. Scales (ed.), pp 105–125. Routledge, London and New York.

Tahinarivony, A. J. 2010. Caractérisation Écologique de la Végétation dans la Presqu’île d’Ampasindava, Cas de la Forêt des Massifs de Bongomirahavavy et de Betsitsika (Domaine du Sambirano), Région DIANA. Unpubl. Mémoire de D.E.A, Université d’Antananarivo.

Tahinarivony, A. J. 2014. Analyse Typologique et Cartographique de la Transformation du Paysage de la Presqu’île d’Ampasindava, Domaine du Sambirano (NW-Madagascar). Unpubl. Mémoire de Certificat en Géomatique. Université de Genève. Disponible en Matériel Supplémentaire.

Veyret, P. 1948. Une synthèse de géographie tropicale. « Gourou, P. 1947. Les Pays Tropicaux. Principes d'une Géographie Humaine et Économique. Paris, Presses Universitaires, 1947, in -8°, VIII + 196 p., 16 figures ». Revue de Géographie Alpine 36, 1: 178–181.

Vicariot, F. 1970. Le problème du tavy en pays Betsimisaraka (Madagascar). Analyse préliminaire. Cahier de l’ORSTOM, Série Biologie 14 : 3–12.

Waast, R. 1972. Le Développement de l’Agriculture Commerciale, de la Rente et du Salariat dans le Sambirano (Nord-Ouest Malgache). ORSTOM, Paris.

Wright, H. T., Radimilahy, C. et Allibert, C. 2005. L’évolution des systèmes d’installation dans la baie d’Ampasindava et à Nosy Be. Taloha 14–15. Disponible sur http://www.taloha.info/document.php?id=137




Madag. conserv. dev.
ISSN: 1662-2510