Image in action

Lucienne Wilmé, Patrick O. Waeber

Abstract


The attachment that we feel to Madagascar compels us to talk about it – its richness, its values, its people and about life lessons learned and taught. As these experiences may differ in many aspects, a journal is the ideal place for sharing our common ideas, as well as expressing our divergent thoughts and theories. It is also a conduit for the exchange and transmission of our ideas and perspectives to the world. Thus, it is the ambition of this journal to talk about Madagascar – it’s natural richness and its conservation, about development and challenges in the country, and more generally about components and facets of conservation and development. In this volume, the Journal launches two new rubrics, which emerged from the energetic enthusiasm of the authors, editors and our friends. Words are not the only way to formulate and share stories, pictures can carry messages as well; and they can speak without using words while still diligently evoking emotions and reactions in all of us. Now, we want to hear what your reactions are; we need to hear and to read how images from Madagascar capture and affect you. The Journal is doing this for the very first time and no matter who, whether men, women, or children, all of them have voiced their feelings about the photo of the little girl on the front cover of this volume. We want you to participate in Voicing Over Pictures, to share your ideas, for those of you not having a scientific based project ready yet, or simply to tell your experience in a different way. For example, those who have the courage to circulate photos and stories about the dead stranded dolphins of the port of Antsohihy. They suspected a link between the sonar systems of Exxon Mobil and the dolphins’ navigation off the coasts of Analalava and Antsohihy (and they may be right, as such correlations are scientifically proven in peer - reviewed publications) even though they did not want to believe that such a tragedy could happen in their Madagascar. These people felt motivated to reach out into the world and show us what is happening. Madagascar can sometimes seem too far away from the rest of the world but this story brings us back to our sense of place in the country. Some pictures have been circulated but lately there has been only a dull silence, as scientists take time to research the issue and publish the evidence that they find. We have received a broad variety of contributions to this volume such as “Bats as bushmeat in Madagascar”. This is not only the first MCD review focussing on Madagascar’s bats, but it also shows some impressive pictures including a rather unusual and unfortunate shot of bats in a context that is more common than you think: the bat on the dinner plate. Another contribution addresses one of the top 25 most endangered primates in the world. Instead of resigning and continuing what others of their ilk have done for generations (and seriously risking a listing in the history books under the chapter ‘Extinct’) the White - collared brown lemur has adapted to new and changing situations and has even been flexible enough to tackle the aftermath of cyclones and start feeding on mushrooms and spicy invasive plants. Is this a recipe for survival? We shall see. In another story, the authors of the Manambolomaty Lake Project draw on local taboos and beliefs to establish a conservation framework for the protection of natural resources – a success story showing how important the traditional knowledge and culture of the local people is to achieving conservation that really matters. Sharing information is important, that is nothing new. Before you can share, however, you need the ability to access it. In a piece about the power of radio, the authors show that radio broadcasting can be utilized beyond the daily spread of news and entertainment: it can also be an effective tool for community outreach. This has so far been ‘off the radar’ for most international aid agencies. Broadcasting information and knowledge over the radio can be an effective tool in the fight to alleviate poverty; which is so far still the biggest challenge in Madagascar. As our words mark the passage of time into history, then you will be part of Madagascar’s history of tomorrow. MCD is presenting another new rubric; Travelling Through Time will be talking about people who have written Madagascar’s history in the past century, about people who were building on Madagascar’s milestones for present and future conservation and development endeavours. There are people who have been participating in Madagascar’s history. Some of them are almost living legends; they have made their imprints on this island; and whether they are appreciated or not, people talk about these personalities. At the beginning of the 19 th century oil mining industries (often with governments in the background) were endorsing renowned geologists for their endeavours such as Raymond Decary (1891 - 1973) who over the years became an accomplished humanist and naturalist. There is also the story of Charles A. Domergue, a hydro - geologist who also ended up dedicating his life to development in southern Madagascar where he pursued scientific studies and the conservation of the biological riches of Madagascar that mesmerized him. We invite you to talk in Travelling Through Time about your own heroes, men and women who have been the pioneers and advocates for Madagascar’s Conservation and Development. Returning to the picture as a medium of information, some of these are also meant to satisfy the classic clichés, the ones that reinforce stereotypes that the rest of the world has about Madagascar. Madagascar is a country of the South, and the world expects to see pictures mirroring these characteristics. In the South, mining is often married with the traditional picture of gold miners: deep pits bored by using the angady (the Malagasy spade), causing sweaty and muddy foreheads on the miners’ emotionless faces while the mining dumps grow bigger and taller. One might think of a new Germinal or Assommoir - like novel of Emily RaZola’s, with the toka Gasy replacing the absinthe, with the North pointing fingers and watching the South. However, the question remains, what is the real picture? Modern mines are equipped with sophisticated exploitation tools, and the companies have the backing of conduits of social and environmental impact studies, employing an international guild of workers, efficient and trained in using the latest technology, rearing to go. The Journal would like to call upon people who know about these mining activities and who are studying specific social, economic and environmental impacts; people who also are aware that these activities are unavoidable, and people who know that tropical forests are disappearing quickly from the maps of Madagascar, and with them the Indris that sing no longer, crying if they only could. We need these people to tell their stories and share their expertise and experience, since we all want to know and would like to understand what the benefits and negative impacts of large - scale mining or farming are for Madagascar. The Journal would like to emphasize one more time that sharing information between agencies (governmental and non), universities and private persons is crucial. Whether you are in the field, in a forest, a community or a laboratory; sharing and informing is the most important step to moving Madagascar further ahead! You can simply share your impressions of the breath - taking photo on this volume’s cover (which has been kindly contributed by Peter Oxford and Reneé Bish); as college students, children and older people have done, or you can go further and contribute more to the information sharing in the pages of this Journal. Submit us your stories and impressions as photo essays, or bring your experiences and findings to paper and send us articles, reviews or essays. We are sure you will enjoy the articles in this issue and we hope to see more in the near future.

Image en Action

Comme tous ceux qui sont affectivement attachés à Madagascar, nous aimons parler de cette grande île, de ses richesses, de ses valeurs profondes, de ses gens, des leçons de vie qu’ils nous ont inculquées, mais si nos expériences aux uns et aux autres ont Madagascar en commun, elles diffèrent certainement en tous points et un journal est ainsi le lieu idéal pour échanger nos points de vue. Ici nous voulons parler des richesses naturelles de Madagascar et de leur protection, de développement et des défis à relever, ou un seul aspect lié à la protection de la nature ou au développement mais surtout et avant tout, nous invitons des hommes et des femmes à prendre la parole. Le journal lance ainsi deux nouvelles rubriques qui sont nées de l’enthousiasme des auteurs, des éditeurs et de nos amis qui partagent tous cette même volonté de communiquer ; les mots sont loin d’être les seuls outils de communication et si nous ne pouvons employer tous les moyens ici, nous savons cependant que les images véhiculent bien des messages, ont cet incroyable pouvoir de nous émouvoir et nous parlent. Et nous avons besoin de vous, de vous entendre, de vous lire, comme nous l’avons fait ici lorsque nous avons donné la parole à des femmes, des hommes et des enfants pour qu’ils nous disent avec leurs mots, leur sensibilité, ce qu’ils ont entendu dans les yeux de cette enfant. Et nous vous attendons pour participer à cette rubrique ‘Voicing Over Pictures’ ou ‘Paroles d’Images’ pour partager vos idées, pour communiquer en attendant d’avoir matière à produire un article scientifique, ou pour le dire autrement. Nous pensons par exemple à ceux d’entre vous qui ont eu le courage de faire circuler ces photos de dauphins échoués dans le port d’Antsohihy. Certains ont soupçonné un rapport entre les sonars à balayage latéral d’Exxon Mobil et l’échouage des dauphins sur les côtes proches d’Analalava et d’Antsohihy, ils ne peuvent pas avoir tort car tout cela est connu depuis bien longtemps ; de tels faits sont scientifiquement prouvés et publiés dans des revues à comité de lecture, mais ceux qui constataient les faits sur les côtes malgaches ne voulaient tout simplement pas croire que cela se passait aussi chez eux, en étaient émus, voulaient le hurler, et très fort car Madagascar est parfois tellement loin du reste du monde ! Quelques photographies circulèrent mais furent rapidement remplacées par un silence pesant car la science a besoin de bien plus d’éléments et qu’il lui faut du temps pour procéder aux recherches et mettre ses résultats sous presse. Nous avons reçu des contributions variées pour ce volume et pour n’en citer que quelques unes, l’article « Bats as bushmeat in Madagascar » est une première sur les chauves-souris pour le journal mais qui nous montre des images impressionnantes de ces animaux dans un contexte qui n’est pourtant pas inhabituel, celui où ils se retrouvent accommodés dans une assiette. Un autre article concerne l’un des 25 primates les plus menacés du Monde. Et plutôt que de démissionner et de poursuivre comme d’autres de la lignée l’avaient fait pendant des générations (pour prendre inéluctablement le risque d’aller rejoindre les livres d’Histoire sous la rubrique ‘Éteints’), le Lémurien à collier blanc montre qu’il s’adapte à une situation changeante en étant capable de composer dans une forêt ravagée par un cyclone et de s’alimenter de champignons et de fruits épicés d’espèces allogènes ; recette pour survivre ou non, il s’agit pour le moment d’une affaire à suivre. Les auteurs de l’article sur le projet du lac Manambolomaty s’inspirent des croyances et des tabous locaux pour mettre en place un réseau destiné à la protection des ressources naturelles – l’histoire d’une réussite qui relate une fois de plus à quel point les gens sont importants pour protéger une nature qui compte. Partager l’information est primordial et ceci n’est pas un scoop ! Mais avant de pouvoir partager il vous faut les moyens de le faire comme il est montré ici dans l’article sur la radiodiffusion qui peut aller au - delà de la transmission de nouvelles et de divertissement en constituant un outil capable de s’adresser aux communautés les plus isolées et qui étaient loin de toutes les priorités des agences d’aide internationales. La radio peut constituer un outil de choix pour lutter contre la pauvreté qui reste encore et par - dessus tout le plus grand défi à relever à Madagascar. Ainsi, les mots marqueraient - ils le passage du temps dans l’Histoire, de sorte que vous êtes alors tous la future Histoire de Madagascar. Dans ce contexte, le journal présente donc une autre rubrique pour parler des gens qui ont écrit l’histoire du siècle dernier de Madagascar, de ceux qui ont posé des jalons sur la route de la conservation et du développement présents et futurs de l’île. Car il y a des gens qui ont participé à cette Histoire, parfois des légendes vivantes qui ont marqué l’île de leur empreinte, on les aime ou non mais on parle d’eux. Au début du XIXe siècle, les explorations pétrolières firent appel à d’éminents géologues et nous nous rappelons de Raymond Decary (1891 - 1973) qui est, par la suite, devenu un humaniste et un naturaliste chevronné. Plus jeune, un autre géologue a partagé un destin semblable en consacrant sa vie au développement du Sud de Madagascar ainsi qu’à la science et la protection de ses richesses naturelles, ce naturaliste est Charles A. Domergue. Dans Travelling Through Time ou Voyage dans le Temps, nous donnons la parole à ceux qui veulent nous parler de leurs héros, de ces hommes et ces femmes qui ont marqué l’histoire de la protection de la nature et du développement de Madagascar. Pour revenir aux paroles émanant des images, il nous faut admettre que certaines d’entres elles sont aussi destinées à contenter les clichés, ces caricatures qui rassurent et qui doivent traduire la bonne marche du monde. Madagascar est un pays du Sud et le monde veut y voir des images du Sud. Dans le Sud, l’exploitation minière se marie avec l’orpaillage traditionnel, des puits profonds creusés à la sueur du front, des terrils érigés à la force des angady (les pelles locales) dans une ambiance où on frôle un nouveau ‘Germinal’ ou ‘Assommoir’ d’un Émile RaZola où le toka gasy (rhum local) remplacerait l’absinthe dans le Sud qui sera pointé du doigt par le Nord. Mais savons - nous seulement à quoi ressemble la réalité ? L’exploitation minière moderne met en place des chantiers élaborés, des moyens d’extraction sophistiqués, se contraint à réaliser les études sociales et d’impact environnemental conformément à des normes internationales, fait appel à des travailleurs et experts de toutes nationalités, efficaces et rompus à utiliser les dernières technologies en la matière. Le Journal voudrait donc inviter ceux qui connaissent ces activités minières, qui étudient spécifiquement les impacts sociaux, économiques et environnementaux mais aussi tous ceux qui admettent qu’il n’y a généralement pas le choix, qui savent que des forêts tropicales disparaissent rapidement de la carte de Madagascar, et avec elles des Indris qui ne chantent plus mais pleureraient s’ils le pouvaient ou si nous pouvions les entendre. Nous avons besoin de vous entendre avec des mots, des paroles d’images et vous invitons à partager vos expertises et expériences car nous voulons tous savoir et nous voudrions comprendre ce que sont les avantages et les inconvénients des exploitations minières ou agricoles à grande échelle à Madagascar. Madagascar Conservation & Development voudrait insister une fois de plus sur le besoin de partager les informations, aussi bien celles des agences gouvernementales que non gouvernementales, des universités ou des particuliers, que des gens de terrain, qu’ils soient en forêt, dans un village ou dans un laboratoire ; le partage et l’information sont des éléments déterminants pour faire avancer Madagascar ! Vous pouvez simplement partager votre sensibilité en nous disant ce que vous voyez dans des images comme l’ont fait des collégiens, des enfants et des moins jeunes pour la superbe photo de couverture aimablement mise à disposition par Peter Oxford et Reneé Bish. Mais avant tout, le journal voudrait inviter des gens qui travaillent dans la Conservation et le Développement à participer à l’échange de l’information ! Soumettez nous vos histoires et vos impressions, sous la forme d’images accompagnées d’une courte légende, ou partagez vos expériences et vos découvertes dans des articles, des revues ou des essais. Nous sommes certains que vous apprécierez la lecture de ce numéro et espérons vous y voir davantage dans un proche avenir.


Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.4314/194

Madag. conserv. dev.
ISSN: 1662-2510